la galette des rois

Une autre tradition est bien ancrée dans nos habitudes de cette période de l’année : la galette des rois.
Le 6 janvier, jour de l’Épiphanie, nous avons pour habitude de nous réunir autour de la galette des Rois.
Mais d'où vient cette tradition de la galette et de sa fève ? Comme souvent, c'est dans une fête païenne et chez les Romains qu'il faut aller chercher l'origine de tout cela !
Début janvier, les Romains fêtaient les Saturnales, fête pendant laquelle le roi du festin, un domestique ou esclave, était élu grâce à une fève.
Pour que l'élection soit juste, on mettait un enfant, un innocent sous la table et c'est lui qui attribuait les parts.

Ce n'est qu'au 14ème siècle que l’Église de France s'est
approprié cette célébration païenne pour l'associer à l’Épiphanie,  première preuve du caractère divin de Jésus. L’Épiphanie célèbre l’étonnante arrivée des Rois Mages dans l’étable où Jésus est né,
12 jours après sa naissance, pour lui remettre des cadeaux.

Dans la tradition, la galette est partagée en autant de portions
que d'invités, plus une part.

Cette portion supplémentaire, appelée « part du Bon Dieu » ou
« part de la Vierge », était généralement donnée à un pauvre.

Il y avait aussi à l'époque ce que l'on appelait « la part des absents » pour le fils parti à la guerre ou le père pêcheur qui n'était pas rentré.
La part était rangée jusqu'à leur retour. Une façon tendre de dire
qu'on avait pensée à eux.

Aujourd'hui la galette des Rois est devenue une tradition familiale et le chanceux qui tire la fève devient le roi d'un jour et choisit sa reine.

Ou la reine choisit son roi !

Les premières fèves en porcelaine ont commencé à remplacer la fève naturelle au milieu du 18ème siècle. Elles représentaient l'enfant Jésus.

Aujourd'hui, la palette n'a d'autre limite que l'imagination des créateurs.

Et pour terminer, sachez que les collectionneurs de fèves s'appellent les favophiles, et leur passion la favophilie.