poppy.JPG

Le « poppy appeal » est traduit en français « l’appel du coquelicot ».
Les anglais et les canadiens portent un coquelicot à la boutonnière lors des cérémonies d’hommage de l’Armistice du 11 novembre. Lorsque la première guerre mondiale débute,
les armées canadiennes (colonies anglaises) sont venues renforcer les troupes anglaises.

Parmi elles, un médecin nommé John Mc Crae va combattre dans les tranchées d’Ypres.
En 1915, une terrible bataille a lieu avec comme résultat énormément de morts.

Le docteur Mc Crae enterre son meilleur ami ce jour-là dans une tombe de fortune. 
Il voit des coquelicots pousser entre les croix et décide le lendemain d’écrire un poème. 
 

« Au Champ d'honneur »                                                                        (Adaptation du poème: In Flanders Fields, de John Mc Crae)           

 Au champ d'honneur, les coquelicots

Sont parsemés de lot en lot

Auprès des croix, et dans l'espace

Les alouettes devenues lasses

Mêlent leurs chants au sifflement

Des obusiers*.

Nous sommes morts,

Nous qui songions la veille encor' A nos parents, à nos amis,

C'est nous qui reposons ici,

Au champ d'honneur.

C'est nous qui reposons ici

Au champ d'honneur.

À vous jeunes désabusés

À vous de porter l'oriflamme   

Et de garder au fond de l'âme

Le goût de vivre en liberté.

Acceptez le défi, sinon          

Les coquelicots se faneront

Au champ d'honneur.

Inspirée par "In Flanders Fields", le professeur américain Moina Michael décida,  à l'issue de la guerre en 1918,  de porter un coquelicot tout au long de l'année pour honorer les soldats tombés au champ d'honneur.
Par ailleurs, elle écrivit en réponse un poème intitulé "Nous garderons la foi".
Elle distribue des coquelicots cousus et fait campagne pour faire adopter le coquelicot comme symbole officiel de l’hommage rendu aux morts. Anne E. Guérin assiste à une conférence donnée par M. Michael, trouve l’idée intéressante et se joint à elle.
Elle conçoit l’idée de vendre des coquelicots en tissus pour lever des fonds à destination des victimes de la guerre. En 1921, Mme Guérin envoie des vendeurs de coquelicots à Londres attirant l'attention du maréchal Douglas Haig. Il encourage la vente de ces coquelicots. La pratique se répand rapidement et le port du coquelicot lors des cérémonies de l’Armistice demeure populaire en Angleterre et au Canada.  Le Poppy Appeal représente une très grosse action de récolte de fonds se déroulant de fin octobre jusqu’à l’Armistice et dont les bénéfices servent à financer des aides aux anciens combattants (recherche, appareils médicaux, maisons de soins, aide à domicile…).  Maintenant, lorsque vous verrez des personnes arborant un coquelicot en boutonnière lors des cérémonies de commémoration du 11 novembre, vous saurez pourquoi !

Histoire 
                                                     

                                        
Poppy Appeal